Accueil » Lecture » Le sang des promesses, T.2, Incendies

Le sang des promesses, T.2, Incendies

index

Incendie. Wajdi MOUAWAD

Attention, lecture à risques… Car on ne ressort pas sans blessure de cette courte lecture. Une fois le livre ouvert, on sombre au fond de l’âme de ces jumeaux et de cette mère qui s’est tue, sans aucune raison apparente. Revenant une fois de plus sur l’horreur de la guerre dans ce qu’elle peut engendrer de plus cruel et de plus pervers, Wajdi Mouawad nous livre une ode à la poésie magique mais perverse.

Cette pièce de théâtre se déroule après la mort de la maman. Deux jumeaux découvrent son testament et deux lettres qu’ils vont devoir remettre à leur père et à leur frère. Frère dont ils ignoraient l’existence, et père qu’ils croyaient mort. Refusant tout d’abord de se plier aux exigences de la défunte à laquelle ils ne pensent rien devoir, ils vont peu à peu accepter de plonger dans leur passé et comprendre la vie de leur mère.

Sans jamais citer de lieu ni d’époque, l’auteur nous plonge alors en pleine guerre civile, dans un pays ravagé par la barbarie et la peur. Une femme tente tant bien que mal de vivre et rester droite. Les aléas de la vie ne lui ont rien offert, pourtant elle continue de croire en un futur moins pire, voire meilleur.

Mêlant habilement les changements d’époque et de lieu, nous suivons parallèlement le cheminement de la mère, empêtrée dans une guerre qu’elle ne peut pas fuir, et le cheminement de ses enfants, des années après, qui acceptent de retourner dans ce pays inconnu pour refaire le parcours de leur mère afin de découvrir l’identité du père et du frère… et qui sait, un peu de la leur.

L’écriture est douce et limpide, en totale contradiction avec l’innommable qui nous est décrit. La pièce courte, favorise une immersion totale dans cette quête identitaire et même au-delà vers la recherche de bonheur, voire de plénitude, état si difficile à atteindre. C’est ce que veux la mère pour ses enfants, et le chemin qu’elle leur propose pour y arriver n’est pas le plus simple, mais parfois la vérité est la meilleure chose pour se reconstruire.

Chant sublime de destins brisés par la guerre et sa barbarie, cet « Incendies » brûle encore longtemps après avoir lu ses dernières pages…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s