Accueil » Lecture jeunesse » Délices et confidences, T.2, Tous pour une

Délices et confidences, T.2, Tous pour une

index

Délices et confidences. T.2, Tous pour une. Catherine KALENGULA.

Emballée par le premier tome de cette série gastronomique et joyeuse, je me faisais une joie de retrouver le village perdu de Vasqueyrol et le club de copins-copines habitués à nous régaler des plus prometteuses pâtisseries…

Aussi me voilà bien en peine de rédiger une critique pour ce petit opus tant ce qui faisait la légèreté et l’identité littéraire de cette série semble avoir déserté de ce second volet.

Tout part de l’inscription d’un des membres du club à un concours de pâtisserie pour enfants et qui ne s’avère être en fait qu’une excuse mince pour dérouler un tas de thématiques tout au long de ce petit livre.

Les thèmes abordés ne correspondent plus à l’engagement et le parti pris que l’on avait dans le premier tome. Ici, toujours une crise identitaire, mais plus de profondeur dans le traitement du sujet. La douleur de la perte d’une mère, la naissance d’une amitié profonde, le « bien-penser » des parents en butte avec les volontés d’une enfant, le stress que l’on peut ressentir dans le but de vouloir se complaire à l’attente des parents… Tout est jeté pêle-mêle dans le même ouvrage sans que rien ne soit approfondi. On se retrouve donc avec une succession de thèmes abordés sans qu’aucun n’apporte quelque chose au lecteur.

Les personnages deviennent stéréotypés alors même que leurs caractères et leur singularité étaient une force de cette série. Les parents sont quasi absents du livre hormis une maman qui passe pour un tyran aux yeux des enfants et ne nous évitent aucun des clichés « je le fais en pensant au bien de ma fille ». Les enfants s’en sortent un peu mieux, leur union et leur entraide font plaisir à voir et ils correspondent avec justesse à des enfants de leur âge empêtrés dans des histoires d’enfants de leur âge. Reste le sentiment que chacun des 5 membres se retrouvent cloisonnés dans un stéréotype bien ficelé et que l’auteur se fait une joie de faire rentrer chaque sentiment et chaque ressenti dans une case pré-cochée.

Même l’écriture, qui était un point très positif, se retrouve baissée d’un niveau : le langage est succinct, les descriptions moins profondes, les dialogues à la limite du navrant. Le vocabulaire utilisé n’est plus recherché et soigné et la syntaxe est minimaliste. Le premier tome était pour enfants de 8-12 ans, là le niveau est clairement descendu pour des enfants de 8-10 ans maximum.

Le livre est par contre quant à lui toujours aussi plaisant avec une dynamique dans la mise en page qui est un vrai régal pour le lecteur (découpage des chapitres, illustrations, recettes de cuisine…). Ces dernières sont d’ailleurs toujours un moment fort du livre car elles sont bien pensées et arrivent comme un plus dans la lecture et non pas comme un élément rajouté par obligation. Les transitions sont donc agréables et fluides.

Je ressors donc assez mitigée de ma lecture, qui fut plaisante grâce au livre et à sa mise en page mais qui reste laborieuse de part le sujet traité et l’écriture que j’ai trouvé vraiment en dessous de ce que propose cet auteur d’habitude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s